Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/12/2008

Al Kamandjati - Ramzi Aburedwan - le violoniste

 

 

Chers amis,

demain à la salle Henry Le Boeuf du palais des Beaux-Arts se déroulera un concert qui risque d'être extraordinaire. C'est un spectacle multimédia basé sur la vie du violoniste Ramzi Aburedwan. En 1987, son meilleur ami est bombardé par des Israéliens. Il meurt sur le coup. Ramzi exprime alors sa colère en jetant des pierres en direction des militaires.

Depuis Ramzi Aburedwan a découvert l'alto et fait découvrir cet instruments à de nombreux enfants palestiniens. Cette soirée qui mêlera images, textes, musiques racontera sa vie et par là, celle de tout un peuple et de toute une condition. Tout simplement mais tout fortement.

renseignements: http://www.bozar.be/activity.php?id=8310

 

À l'occasion du spectacle Al Kamandjati, Music Fund organise le 2
décembre une collecte d'instruments de musique pour les écoles Al Kamandjati.
Entre 14 et 19 heures, des instruments en parfait état peuvent être déposés dans le vestibule du Palais des Beaux-Arts.


WWW.MUSICFUND.BE

 sources et photos: http://www.bozar.be/activity.php?id=8310

06/11/2007

4 mois, 3 semaines et 2 jours

Alors certes il est déjà sorti depuis de nombreuses semaines, mais on ne peut pas ne pas parler de la dernière palme d'or à Cannes, du dernier film de Christian Mungiu: « 4 mois, 3 semaines et 2 jours ». Film incroyable par excellence, il nous plonge dans le bocal estudiantin de la Roumanie de Ceausescu en 1987. Il raconte l'histoire de deux étudiantes ou plus précisément d'une étudiante qui doit aider une amie à avorter dans un pays ou à la faveur d'une politique nataliste c'est totalement interdit. Dès les premiers plans, on ne peut plus décrocher tant on sent que la vie n'attendra plus pour mourir (« 4 mois, 3 semaines et 2 jours » est en effet l'état de la grossesse de Gabita). Ce film naturaliste et brutal nous envoie sans ménagement la réalité en pleine figure. Sans ménagement; aucune musique, rien qui pourra nous aider à survoler la réalité, mais des images qui nous obligeront à relativiser notre vécu et qui ne manqueront pas à nous faire réfléchir. Christian Mungiu veille bien à ne donner aucun point de vue moral, il raconte une histoire et le fait si bien qu'on en sort tout retourné. Retourné par les regards, l'amitié, la détresse, la souffrance et la vie avortée. À voir absolument, car ce film en vaut cent. Vraiment!