Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/06/2008

université d'été Culture Of Life

Salut à vous,

le temps qui court aussi vite que les syllabus, et les examens qui nous font autant plisser le front que le soleil de ce beau mois de juin, nous poussent à faire tourner ce blog au ralenti en ce début d'été, avant de reprendre avec toujours plus d'enthousiasme dès la rentrée.

A propos de rentrée, nous vous donnons déjà rendez-vous du 8 au 11 septembre à Louvain-La-Neuve pour le cours international d'été culture of life, organisé notamment par l'asbl Jeunes Pour la Vie. Nous aurons droit à une semaine de débats menée par de grands spécialistes de la bioéthique. Nous vous donnons ici le programme fameusement fameux. Retenez donc ces dates sans plus attendre (plus de renseignements suivront).

D'ici là, passez un bel été, de bons soleils et de larges vacances.

N'oubliez pas le grand air

 

les jeunes CDF-FCD

Cours international d’été: Culture of life

Du 8 au 11 septembre 2008

 

Journée 1 : Contexte global

·               L’ONU et les nouveaux droits de l’homme. Monseigneur Michel Schooyans
·               Autorité et pouvoir dans l’Etat. le Magistrat Jean de Codt

·               Politiques démographiques et crash de naissances. le Professeur Gérard-François Dumont

·               Le mariage et la famille face aux nouveaux defis du XXI siecle. Mr Ignacio Tornel

 

Journée 2 : Famille, capital humain et développement
·               L’aide au développement. Mme Ana Gonzalo
·               Vers de nouveaux « modèles familiaux » ? le Professeur Jean-Didier Lecaillon

·               Paternité responsable. Education affective. Mme Christine Vollmer

Journée 3 : Contraception et féminisme

·               Contraception, mentalité contraceptive, safe sex, planification familiale. Mme Carine Brochier.

·               Méthodes naturelles : état de la question.  Mme Colleen Norman, la Dra Beatriz Gobbi

·               Féminisme, « Théorie du Gender ». Mme Anne-Marie Libert

Journée 4 : Bioéthique

·               Avortement. le Docteur Philippe Schepens

·               La tentation euthanasique. le Docteur Xavier Mirabel ·               Lobbying. Vers une stratégie pro-life. le Docteur Catherine Vierling et Mme Marie Courtoy

 

15/04/2008

Accès à un avortement sans risque et légal en europe

http://assembly.coe.int/Main.asp?link=/Documents/WorkingD...

Le CDF-FCD fait part de sa vive inquiétude par rapport à ce projet de résolution qui va passer au vote du Conseil de l’Europe ce mercredi 16 avril dans l’indifférence la plus totale.

Il est d’ailleurs saisissant qu’en Belgique aucun autre parti politique que le CDF-FCD ne s’émeuve d’un tel projet de résolution qui est une nouvelle tentative d’atteindre encore davantage à la vie des plus petits de notre société. La vie des plus faibles, d’un bout à l’autre de notre courte existence, n’a-t-elle donc plus aucune valeur aux yeux de nos politiciens, bien plus préoccupés par le pouvoir d’achat, la crise financière ou la disparition de certaines espèces animales due au réchauffement climatique ?

Ce projet, qui invite les Etats membres à "garantir l'exercice effectif du droit des femmes à l'avortement" (Projet de résolution, art. 7.2.), mériterait de sérieux amendements, quelques passages tendant notamment à faire passer certaines notions comme acquises. Ainsi, l’avortement n’est-il nullement un " droit " fondamental (?) des femmes, dont il suffirait à présent qu’il soit garanti dans des textes de loi ou des résolution supranationales.

Aussi, le CDF-FCD se joint aux associations et aux citoyens qui ont adressé aux membres du Conseil de l’Europe un certain nombre d’amendements au projet de résolution (voir en annexe).

Non qu’il ne faille prendre en compte certaines situations vécues par des femmes dont l’attente subite d’un enfant peut se révéler véritablement dramatique au niveau de leur santé ou très difficile à vivre socialement. Mais, pour le CDF-FCD, le point de vue de l’enfant à peine conçu doit être pris en compte d’une manière égale. L’adulte ne jouit d’aucun " droit " sur la vie du plus petit, fût-il celui qu’il porte. La libre disposition de son propre corps s’arrête là où l’intégrité de l’autre doit être respectée. Il s’agit ici pas moins de veiller au respect de la dignité de toute personne. L’Etat de droit, qu’il soit national ou communautaire doit en être le garant.

La vie vaut toujours la peine d’être vécue, protégée et doit être à nouveau promue, enseignée aux jeunes générations. Des moyens et un encadrement adéquats pour éduquer les jeunes , mais aussi pour venir en aide aux personnes fragilisées, femmes ayant une grossesse non désirée et enfants embryonnaires, doivent être consacrés. Le droit à la vie est un droit fondamental dont le CDF-FCD n’hésitera jamais à s’en faire le défenseur, sans craindre d’être taxés sans doute d’ " intégriste " de la vie, de la famille ou de la défense des plus faibles. Ce combat pour la vie, dans l’amour, le CDF-FCD le mènera fidèlement, même s’il reste en Belgique le seul parti politique à le mener sans compromissions.

Le CDF-FCD regrette par ailleurs qu’une nouvelle fois la RTBF ait cru bon de programmer à quelques jours du vote une émission rétrospective sur les " voyages organisés " vers les Pays-Bas qui conduisirent des milliers de femmes pour y être avortées. Cette prise de position de la RTBF, qui jouit d’un poids médiatique incomparable, est un nouvel écart avec la mission d’information objective que les citoyens sont en droit d’attendre d’un service public. Car contrairement à ce qui a été dit par les deux témoins (socialiste notoire et médecin avorteur) présents sur le plateau, il ne s’agissait pas alors d’un problème de santé publique nécessitant une offre large et facilitée pour pouvoir avorter, mais d’un déficit de prise en charge par l’Etat en amont du problème.

Le CDF-FCD espère vivement qu’il se trouvera des membres du Conseil de l’Europe qui veilleront à ce que la résolution en question soit amendée en ce sens et que d’ici-là des rédactions feront écho aux inquiétudes légitimes d’associations de citoyens de notre pays et de l’Union européenne.

Woensdag 16 april beslist de Raad van Europa over een resolutie die moet toelaten dat de vrouw op wettelijke basis, zonder gevaar een abortus kan uitvoeren (voorstel resolutie artikel 7.2). Hierbij wil men bij het uitvoeren van een abortus de schuldvraag ontdoen. De vrouw is zelf verantwoordelijk voor haar vruchtbaarheid en mag dit volledig zelf in handen nemen.

 

Als we weten dat in 2006 12.305 abortussen zijn uitgevoerd in België en het RIZIV op jaarbasis hiervoor 2,7 miljoen euro gespendeerd heeft aan de terugbetaling (Leuven 09/04 BELGA) dan kiezen we, bij CDF-FCD, voor een andere strategie, namelijk een bewuster omgaan met de seksuele voortplanting.

 

Als we horen dat jongeren meer en betere relationele en seksuele voorlichting willen op school (aprilnummer jongerenblad Maks) dan zou men best eerst in deze leemte voorzien. Zo’n 62 procent van de jongeren wil dat de school meer tijd vrijmaakt om over anticonceptie te praten in de klas, vooral dan in het tso en bso. Ook zijn ze vragende partij voor meer info op school rond tienerzwangerschap, seksuele activiteit, zwangerschapsbeëindiging en gevoelens rond seksualiteit (Brussel 14/04 BELGA).

Vooreerst raadt CDF-FCD aan om seksuele voorlichting op scholen te geven die uitgaat van gezonde principes zoals respect en trouw. We moeten onze jongeren aanraden om enkel een seksuele relatie aan te gaan binnen een duurzame relatie. Hierbij gaat men ook de toename van de geslachtsziekten tegen gaan.

Verder, als men geen kinderwens heeft, dient men de nodige voorbehoedsmiddelen te gebruiken. Men speelt niet met leven, men kiest voor het leven! Respect voor het leven bijbrengen, voor eigen lichaam, voor wat men schept mag weer trendy worden.

 

Is dit niet in schril contrast met de resolutie die men wil goedkeuren?

Pierre-Alexandre de Maere d'Aertrycke

Président - Voorzitter CDF-FCD

Adres : Rue Fernand Mélardstr. - Bxl 1200 Bsl
Mail : pa.demaere@belgacom.net
GSM :               0494 39 20 21       
Web : www.cdf-info.be

Agnes Jonckheere

Voorzitster FCD - Vlaamse Vleugel


Adres : Hofmeierlaan 2 - 8310 Sint-Kruis

Mail : agnes-jonckheere@telenet.be
Tel :               050/36 00 47                      0499/22 39 81       

Web : www.agnesjonckheere.be

29/03/2008

Le procureur requiert "l'irrecevabilité" de la demande d'euthanasie de Chantal Sébire

NOUVELOBS.COM | 15.03.2008 | 16:32

La justice avait été saisie mercredi d'une "demande exceptionnelle mais néanmoins légitime" d'euthanasie de la part de Chantal Sébire, mère de famille de 52 ans, défigurée par une maladie orpheline, incurable et évolutive.

(Reuters)
(Reuters)
Le procureur de la République de Dijon a requis "l'irrecevabilité de la requête" de Chantal Sébire, qui a demandé à la justice le droit d'être euthanasiée, lors de l'audience en référé mercredi devant le président du TGI, a-t-on appris vendredi 14 mars auprès du Parquet général.
Mme Sébire, mère de famille de 52 ans, défigurée par une maladie incurable, a demandé mercredi à la justice le droit d'être euthanasiée par un de ses médecins.
"Le ministère public a requis l'irrecevabilité de la requête en l'état actuel de la loi" (loi sur la fin de vie du 22 avril 2005, ndlr), a déclaré à l'AFP Etienne Daures, procureur général près la cour d'appel de Dijon.
Le jugement a été mis en délibéré au lundi 17 mars.
La justice était saisie d'une "demande exceptionnelle mais néanmoins légitime" d'euthanasie, selon son avocat, Me Gilles Antonowicz.
"C'est une première pour le monde judiciaire, mais nous ne demandons que l'application de la loi, celle du 22 avril 2005 sur les droits des malades, dite loi Léonetti", avait souligné l'avocat mercredi.

Loi Léonetti

Selon lui, "cette loi reconnait le droit aux malades en fin de vie de refuser tout traitement et le droit de soulager leurs souffrances, mais elle ne dit rien lorsque les malades refusent la solution proposée qui est le coma artificiel et la mort au bout de dix à quinze jours".
"Nous demandons simplement au magistrat de l'autoriser à s'endormir dans l'affection des siens" et de faire ainsi preuve "d'humanité", avait conclu Me
Gilles Antonowicz.
La loi Léonetti du 22 avril 2005 sur les droits des malades va dans le sens du respect des malades en fin de vie, mais elle n'autorise pas l'euthanasie en France, contrairement à certains autres pays européens comme les Pays-Bas, la Belgique ou la Suisse.

200 cas dans le monde

Cette ancienne professeur des écoles de 52 ans, domiciliée à Plombières-les-Dijon (Côte-d'Or) et mère de trois enfants, a appris en 2002 qu'elle était atteinte d'une "Esthesioneuroblastome", une tumeur évolutive des sinus et de la cavité nasale.
Il s'agit d'une maladie très rare, seuls 200 cas ont été recensés dans le monde depuis 20 ans. Elle est par ailleurs incurable et son évolution provoque une déformation spectaculaire et irréversible du visage et des souffrances "atroces", selon Chantal Sébire.

Lettre et vidéo à Sarkozy

Chantal Sébire avait confié vendredi son dossier à l'Association pour le Droit de mourir dans la dignité (ADMD), dix jours après un appel au secours devant les medias pour "qu'on l'accompagne dignement dans la mort".
La semaine dernière, elle avait indiqué avoir envoyé un courrier au président de la République, Nicolas Sarkozy, "une lettre accompagnée d'une cassette vidéo" de FR3 Bourgogne, à l'origine de son premier témoignage, pour qu'il complète la loi sur le droit des malades.
"Ca peut avancer vite mais pour moi ce sera trop tard", avait conclu Chantal Sébire. (avec AFP)