Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/04/2008

l'europe et les JO

Très grand édito de Sabine Verhest paru dans la libre de ce lundi 31 mars et qui mérite d'être lu.

 

Tibet: courage fuyons

Décevant, consternant, rageant, déprimant. La couardise ne fait pas partie de ces attitudes qui forcent le respect, a fortiori lorsqu'elle vient d'un continent qui se targue de défendre des valeurs telles que les droits de l'homme et des minorités, la démocratie et la liberté. Alors que des Tibétains manifestaient à Lhassa malgré la répression, les Européens ont très courageusement pris la tangente samedi pour ménager la Chine autant que faire se peut.

Décevant, consternant, rageant, déprimant. La couardise ne fait pas partie de ces attitudes qui forcent le respect, a fortiori lorsqu'elle vient d'un continent qui se targue de défendre des valeurs telles que les droits de l'homme et des minorités, la démocratie et la liberté. Alors que des Tibétains manifestaient à Lhassa malgré la répression, les Européens ont très courageusement pris la tangente samedi pour ménager la Chine autant que faire se peut. Réunis en Slovénie sous la présidence d'un Dimitrij Ruppel obnubilé par les Balkans, les ministres des Affaires étrangères ont appelé une énième fois au dialogue et au respect des droits de l'homme. Bien, mais les Européens ont aussi soigneusement évité de toucher aux sacro-saints Jeux olympiques et d'utiliser l'événement planétaire comme levier pour amener Pékin à négocier sérieusement une autonomie tibétaine avec le Dalaï Lama au sein de la Chine. Rayé, le terme "Jeux olympiques" du communiqué de presse européen. Abandonnée, l'idée d'une attitude commune à adopter lors des cérémonies protocolaires des JO.

Certes, la Chine, guidée par des considérations géostratégiques et nationalistes, a considérablement investi au Tibet et les Tibétains qui ont choisi de s'accommoder du régime en ont largement profité. Mais se rendent-ils compte, les Européens, que de nombreux autres sacrifient leur vie aujourd'hui en pensant qu'ils seront soutenus par les pays défenseurs des droits de l'homme ? Qu'ils prennent le risque de mourir, en désespoir de cause, pour faire passer un message que l'Union se refuse à entendre ? Que 3000 personnes, dont de nombreux enfants, fuient tous les ans en traversant à pied l'Himalaya ? Que les moines sont soumis à des cours d'éducation patriotique ? Que les réincarnations des lamas doivent être approuvées par le gouvernement chinois ? Nos valeurs méritent d'être défendues fermement. Y compris face à la Chine qui s'inscrit comme nous dans le jeu planétaire de l'offre et de la demande, et qui est économiquement dépendante de nous comme nous le sommes d'elle. Si les Chinois peuvent se sentir forts aujourd'hui, c'est aussi parce qu'ils n'ont face à eux qu'une Union armée de déclarations molles.

Mais finalement que pouvait-on espérer d'une Europe, et en particulier d'une Grèce - le berceau de la démocratie ! -, où l'on n'hésite pas à tomber à bras raccourcis sur ceux qui osent brandir une banderole tibétaine et à interdire à la presse internationale d'assister à l'arrivée de la flamme olympique à l'Acropole ? L'Europe devrait peut-être arrêter cette hypocrisie et dire clairement qu'elle ne défend les droits de l'homme que quand ça l'arrange. Et qu'en l'occurrence, cela ne l'arrange pas.

Par Sabine Verhest

Mis en ligne le 31/03/2008

Les commentaires sont fermés.